Une belle rencontre

Publié le par émi-lit



http://www.lexpress.fr/images/jaquettes/44/9782070122844.gif     

Une rencontre avec Milan Kundera, c’est un moment fort agréable. On fait la conversation le temps d’un après-midi d’hiver, autour d’une bonne tasse de thé, avec un vieil homme qui a traversé le XXème siècle et tous ses bouleversements européens. C’est un voyage historique dans l’Empire austro-hongrois, puis la Tchécoslovaquie communiste qu’il a fallu fuir, l’exil, la France de mai 68, l’Europe et le monde de ce siècle finissant, puis le début d’un autre. C’est aussi un voyage culturel : la musique, la peinture, la littérature… Ce vieux monsieur nous donne une leçon de vie et une leçon de culture. Ca fait un bien fou , un cours "magistral". On l’écoute béat, médusé, absorbé. Plus exactement on le lit, mais son écriture est tellement fluide qu’on a l’impression d’être avec lui, face à lui. Et puis c’est une conversation aussi parce que chaque partie du livre nous pousse à réfléchir, on a envie de répondre, de donner son humble avis, ou d’acquiescer, tout simplement, de dire merci. On se surprend à se demander qu’est-ce que le roman, alors qu’on en lit toute l’année… Pourquoi a –t’on oublié certains grands auteurs ou compositeurs ? Qu’est-ce qui assure la reconnaissance puis la pérennité d’une œuvre ?


Dans cet essai, Kundera nous fait partager ses rencontres artistiques, et ce fut pour moi l’occasion de belles découvertes, mais il nous offre une autre rencontre tout aussi précieuse : la sienne. Quel bonheur que ces 200 pages !

Sur mon petit carnet, j’ai noté :

-qui est Oscar Milozs, à découvrir, à lire….

 -lire Malaparte, La Peau

-écouter Schonberg

-relire Dostoievski/Tolstoi, et Sartre/Malraux/Camus

-et bien sûr lire des romans de Kundera, car je n’ai lu que Valse aux adieux et je ne connais pas le reste de son œuvre.

 

J’aime qu’un livre donne des idées de lecture, c’est toujours ainsi qu’on s’enrichit et qu’on découvre de nouveaux auteurs. J’ai découvert Beckett et Michaux grâce à Cioran, Ionesco, Dante et le cinéma muet grâce à Beckett, Artaud grâce à Michaux  etc…. la liste est longue et s’enrichit toujours. Dernièrement, Fritz Zorn grâce à Emmanuel Carrère. Les écrivains sont avant tout des lecteurs !

 



Publié dans Lectures au long cours

Commenter cet article

La Nymphette 02/09/2010 16:54


Quelle déclaration d'amour! à l'auteur et à la littérature. De cet auteur j'ai lu il y a longtemps "Valse aux adieux" puis "L'identité" et enfin une grosse partie de "La plaisanterie". Je me suis
récemment essayée à "L'insoutenable légéreté..." mais je n'ai pas trop accroché au mélange entre essai et roman (c'est comme cela que je l'ai perçu), mais celui-ci me fait bien envie: partager le
regard d'un homme d'exception sur le XX° sicèle, quel programme!


Heide 26/12/2009 18:20


Oh quelle belle idée de lecture ! J'ai étudié "l'Insoutenable légèreté de l'être" à la fac, en 1994 (mon dieu que le temps passe vite ...) et je te le recommande !


Leiloona 17/12/2009 12:20


Voici mon auteur préféré : j'ai tout lu de lui, et celui-ci aussi. ;)
Je te conseille "L'insoutenable légèreté de l'être" ... mais aussi "La Plaisanterie". :)


émi-lit 18/12/2009 09:31


Ah il me semblait bien que quemqu'un avait parlé de ce livre sur son blog !
Je note précieusement tes deux conseils de lectures.


Marie L. 15/12/2009 09:06


Génial!!! J'aime ces livres qui donnent envie d'en découvrir d'autres...
Ce livre va rejoindre "Au bon roman" et "La Tête en friche", romans sur les livres également.


émi-lit 15/12/2009 10:51


mango : oui c'est toujours un plaisir lorsque les livres parlent eux-mêmes des livres... Et puis découvrir les influences d'un auteur est souvent instructif !

Marie L. : je note les deux titres que tu évoques. J'avais repéré Au bon roman à sa sortie d'ailleurs (j'avais entendu l'auteur à La grande Librairie et ça m'avait convaincue). Je ne
connais pas La tête en friche, à découvrir.


mango 15/12/2009 07:59


Comme toi, j'aime bien les livres qui donnent envie d'en lire d'autres!